ADSL à Vatilieu
Le soleil n'oublie jamais un village, même s'il est petit (proverbe Africain)

24 mars 2006

Les Echos... de Bruxelles

Retour à l'accueil ----- Sommaire ----- >>Article suivant

Et si pour une fois, nous prenions de l'avance?


Les Echos n° 19631 du 22 mars 2006 • page 23
Technologies de l'information

Internet


  • Bruxelles réclame un accès à l'Internet haut débit pour tous les Européens d'ici à 2010



  • La Commission européenne veut combler le fossé qui sépare zones urbaines et rurales dans l'accès au haut débit. Elle veut pour cela coordonner ses politiques de télécoms, d'aide régionale, d'agriculture et de concurrence.



    DE NOTRE BUREAU DE BUXELLES.
    Pas moins de quatre commissaires européennes sont montées au créneau hier à Bruxelles pour promouvoir l'extension des réseaux à haut débit. A l'heure actuelle, si 90 % des zones urbaines de l'UE à 15 ont un accès, par une technologie ou une autre, à l'Internet rapide, c'est le cas de moins des deux tiers des zones rurales. L'écart est encore plus grand entre villes et campagnes dans les pays issus de l'élargissement, soupçonne la Commission, même si des statistiques complètes ne sont pas encore disponibles. Parce que l'Internet rapide permet le développement de nouvelles applications qui créent des emplois, par exemple en matière de so ins de santé à domicile ou d'apprentissage à distance, Bruxelles juge particulièrement important de combler ce fossé.
    Pour y parvenir, la Commission veut coordonner les instruments à sa disposition. Viviane Reding, commissaire en charge de la Société de l'information, va définir un cadre réglementaire et veiller à sa stricte application dans le but de stimuler la concurrence entre opérateurs. Danuta Hübner, en charge de la Politique régionale, attribue des fonds structurels à des projets d'infrastructures. A titre d'exemple, un programme de quelque 210 millions d'euros vient d'être approuvé pour couvrir certaines régions de la Grèce, le pays d'Europe le plus en retard. Mariann Fischer Boel, commissaire à l'Agriculture, peut elle aussi intervenir, via ses propres fonds, pour promouvoir l'usage des nouvelles technologies dans les campagnes. Bien entendu, tout doit se faire dans le respect des règles de concurrence, ce à quoi veillera Neelie Kroes. Ce tte dernière, qui contrôle la légalité de toutes les aides d'Etat, admet qu'en cas de défaillance de marché, « une aide d'Etat bien ciblée, par exemple sous la forme d'un partenariat public-privé, peut être judicieuse ». L'objectif de la Commission est d'atteindre, d'ici à 2010, une couverture géographique de 100 % dans toute l'Union et un taux d'équipement de 50 % des ménages.
    Aujourd'hui, on compte 60 millions de lignes dans l'UE, soit un taux de pénétration de 13 % de la population, inférieur à celui des Etats-Unis (14,5 %). Les meilleurs élèves de la classe européenne sont les Pays-Bas, le Danemark et la Finlande, qui affichent des taux supérieurs à 20 %. La France fait légèrement mieux que la moyenne de l'UE à 25, avec presque 15 %. Les pays favorisés par la géographie (Belgique, Pays-Bas, Danemark, Luxembourg) affichent une couverture de 100 %, tandis que les pays aux reliefs plus tourmentés, ou moins sensibilisés à l'intérêt du haut d ébit, accusent du retard (Italie, Grèce, Espagne).


    KARL DE MEYER

    Bruxelles réclame un accès à l'Internet haut débit pour tous les Européens d'ici à 2010 La Commission européenne veut combler le fossé qui sépare zones urbaines et rurales dans l'accès au haut débit. Elle veut pour cela coordonner ses politiques de télécoms, d'aide régionale, d'agriculture et de concurrence.

    Retour à l'accueil ----- Sommaire ----- >>Article suivant

    1 Comments:

    Enregistrer un commentaire

    << Home